Bleach World Rpg

RPG par forum Bleach , ici la bonne humeur est reine !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexionPortail

Partagez | 
 

 Le retour d'une disparue?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le retour d'une disparue?   Mar 20 Jan - 22:47

    Neuvième division, terrain d'entrainement.

    Tsukiyo rengaina son zanpakuto dans son dos. Voilà l'étape du shikai de faite, et tant mieux, car le passage au bankai ne saurait donc tarder. Tout d'abord, ce fut Matsumoto qui commenca. Son bankai était certes impressionant! Un immense chat flamboyant, dont les yeux rougeoyaient avec une intensité rare, presque irréelle. Le combat commenca rapidement, mais Tsukiyo s'en détourna assez rapidement. Pour cause, derrière elle s'élevait des voix reconnaissables: les mods souls qu'elle venait d'abattre!
    Les cadavres semblaient se reconstituer, les particules spirituelles qui les composaient reprenaient chacune leur place respective. C'en était presque effrayant. Cependant, les deux capitaines ne semblait rien avoir remarqués, bien trop occupé par la prestation de la lieutenante de la dixième division. Le premier s'élanca vers elle, et la Myuko encaissa le coup, comme paralysée par la surprise. Mais ce n'était pas cela: elle voulait bouger, mais elle n'y arrivait presque pas. Ses réflexes et son agilité en avait aussi pris un coup. Son corps ne voulait plus lui obéir, et si elle faisait un mouvement, c'était tout d'abord presque sans espoir, et ses muscles brûlaient comme un feu ardent. Tsuki tentait d'éviter, mais le zanpakuto s'abbatait sur elle sans pitié. Le mod soul ricana:

    - Quelle joie que d'avoir été crée par Kurotsuchi-sama! Malgré le fait que nous sommes des ames artificielles, nos zanpakutos ont également des pouvoirs. Faibles certes, mais le mien vient de t'immobiliser avec le poison qu'il a envoyé dans ton sang.

    Il désigna briévement la coupure du précédent combat, qui devenait invisible sous le sang qui sécoulait. Tsukiyo n'avait même plus la force de parler, ne serait-ce que pour avertir les autres. La vue floue, les muscles douloureux comme s'ils allaient exploser, Tsukiyo sentit qu'elle heurtait le sol, avant de perdre totalement connaisance.

    ----------

    - Tsukiyo... Réveille-toi, Tsukiyo...

    Une voix douce et lointaine résonnait autour de la jeune femme. Un mal de crâne atroce la torturait, et elle lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle fut surprise de voir une dragonne de cristal devant elle, les ailes déployées pour proteger Tsukiyo de l'extérieur. Derrière les plumes, on entendait les violentes rafales de vent, et le bruit reconnaisable de la pluie qui tombait sur l'herbe.

    - Nihoshi... Que s'est-il passé?
    - Tu es enfin éveillée! Si tu savais à quel point tu m'as fait peur, idiote! Ca fait près de d'un mois qu'il y a une tempête dans ton monde intérieur! D'abord le blizzard et les orages en même temps, puis ça s'est calmé pour rester de l'orage et de la pluie! Pense un peu à moi aussi, qui doit vivre ça! Et...
    - Ni', s'il te plait, abrége, j'ai mal au crâne...
    - Okay okay. En gros, t'es restée un mois entre la vie et la mort, et j'ai fait de mon mieux pour éteindre les incendies de ces foutus orages dans ton monde intérieur pour pas que tu deviennes un shinigami grillé! Encore heureux qu'il y a eu de l'aide extérieure, j'aurais plus pu tenir longtemps...

    Il y eut un moment de silence, si l'on oubliait la pluie et le vent. Un mois s'était donc écoulé depuis cet incident? Décidement, Tsukiyo sentait que ce n'était pas la seule chose qu'il fallait noter.

    - En gros, tu m'as sauvée... Je pense que des remerciements s'imposent...
    - Pas la peine. Après tout, nous ne faisons qu'un, n'est-ce pas? Allez, je pense pour toi qu'il est temps de revoir la lumière du jour. A plus tard!

    ---------

    Magasin Urahara, près de 20h30.

    Lorsque la jeune femme ouvrit à nouveau les yeux, elle était dans une pièce sombre, sur un lit et attachée à un nombre impressionant de machines. Avec le peu de lumière que produisaient les machines, elle put distinguer à coté d'elle, Nihoshi posée contre le mur.
    Toujours avec une douleur dans la tête, Tsukiyo se redressa, et posa ses pieds sur le sol. Tremblante, elle se leva, et vacilla quelques instants sur lace, comme prise d'un étrange vertige. Après tout, cela faisait bien un mois qu'elle était dans le coma. Elle osa faire quelques pas, et se rattrappa de justesse contre un mur. Il lui semblait avoir vu un reflet vers là-bas. En y arrivant, Tsuki vit, comme elle l'avait espéré, un miroir. Et au moment où elle contempla son reflet, la jeune femme manqua même de ne pas se reconnaitre elle-même.
    Ses yeux violet clair s'étaient assombris, et il lui était même impossible de dire quelle était leur couleur. Bleu marine? Violet foncés? Sa peau, d'ordinaire rose pâle, semblait avoir blanchie. Etait-elle devenu une mort-vivante? Tsuki en doutait presque. Elle portait une robe blanche, comme celle que l'on trouvait à l'hopital. Son corps semblait avoir subit une grande fatigue dû à sa guérison. En effet, nul ne sait quel produit avait été utilisé pour la soigner, mais les nombreuses coupures qui zébraient son corps n'étaient plus que de vagues souvenirs. Tsukiyo balaya encore une fois la pièce du regard, et se dirigea vers la porte lentement mais sûrement, après avoir pris Nihoshi avec elle.
    Lorsqu'elle ouvrit une des portes du couloir où elle avait atterri, elle tomba nez à nez avec un type mal-rasé coiffé d'un ridicule bob blanc et kaki. Avec son éventail et son rire de timbré, Tsuki osa même se demander sur quelle maison de fous elle était tombée. Sans attendre, il se présenta, et lui expliqua ce qui s'était passé durant son inconscience. Le visage de Tsukiyo passa alors par plusieurs expressions, mais les plus importantes étaient l'étonnement sur les trahisons de son propre capitaine et sur ceux de la troisième et cinquième, de la culpabilité et du regret pour ne pas s'être rendu compte de ce qui se tramait et de ne pas avoir été présente. A la fin du récit, elle demanda quand elle pouvait à nouveau regagner la Soul Society. Urahara manqua un silence, puis lui répondit qu'elle pouvait y retourner si elle se sentait prête. Sûre d'elle, Tsuki sortit de la boutique deux heures plus tard, le temps de s'habituer à son réveil, remercia encore une fois le marchand de bonbons, et ouvrit le portail vers la cité des âmes.

    -----------

    Soul Society, environ 23H.

    A son arrivée, les rues étaient désertes. Pas étonnant, c'était la nuit. Mais elle se rendit compte alors d'une chose: qu'allait-elle faire en premier lieu? Et si sa chambre à la neuvième division avait-elle été libérée? Qu'est-ce qu'elle devait faire? Décidemment, elle aurait pu y penser plus tôt!

    ¤ Huuu, pas douée! ¤
    * La ferme Ni'! -_-'*
    ¤ C'est comme ça que tu me remercies de t'avoir sauvé la vie? Ingrate! ¤
    * Je t'ai déja remerciée, alors ferme-la! *


    Avec un shunpô simple, qui se voulait peu fatiguant, elle sauta sur le toit d'un des batiments et s'y assis en réfléchissant vaguement. Cependant, elle ne réalisa pas que quelqu'un s'approchait dans sa direction. Ce fut seulement lorsqu'une voix hésitante s'éleva que Tsuki se retourna. Devant elle se trouvait un shinigami messager, un message serré dans son poing.

    - Bonsoir, Myuko-Fukutaicho, j'ai été envoyé par Yamamoto-Sotaicho lui même pour vous remettre ce message - Il déplia la lettre et lut à voix haute et claire - Myuko-Fukutaicho, un papillon de l'enfer nous a été envoyé par l'ex-capitaine Urahara Kisuke il y a peu de temps, nous informant de votre réveil. Je ne doute pas que vous êtes au courant de ce qui s'est passé ici durant votre coma, cependant je souhaiterai m'entretenir avec vous dans les plus brefs délais pour de plus amples explications. Yamamoto Genryûsai Shigekuni.

    Il y eu un instant de silence, puis l'homme lui expliqua que le capitaine l'attendait déja dans son bureau à la première division. Ni une, ni deux, Tsukiyo remercia le messager, puis excécuta quelques faibles shunpôs avant d'arriver devant la porte. La lieutenante inspira un bon coup, et enfin, elle se décida à frapper trois coup secs, qui laissèrent place à un silence pesant. Finalement, une voix s'éleva de derrière la porte, lui indiquant d'entrer.
    Lorsqu'elle ouvrit la porte, elle eut la surprise de voir une vaste pièce illuminée par la lueur des flammes, un côté de la salle offrant un magnifique panorama sur le Seireitei et une partie du Rukongai. Malgré tout, tout ceci semblait bien vide. On ne remarquait qu'au centre un bureau, sur lequel était posé une boite de taille moyenne sur un bord. Juste derrière, sur une chaise, était assis le capitaine-commandant. Visiblement, il semblait l'attendre. La lieutenante s'inclina lentement, faisant preuve d'un profond respect envers le statut du vieil homme devant elle.

    - Bonsoir Fukutaicho. On m'a rapporté que vous veniez de sortir d'un coma. Comment vous sentez-vous?

    La jeune femme s'avanca jusqu'à n'être qu'à un mètre du bureau, puis répondit:

    - Bonsoir Sotaicho. Malgré quelques maux de tête passagers et quelques douleurs dans les jambes, je suis tout à fait en forme pour me battre contre des hollows.
    - Etes-vous bien au courant de ces récents événements?
    - Oui Sotaicho. On m'a parlé de la trahison du capitaine de la cinquième division Aizen Sosuke, du capitaine de la troisième division Ichimaru Gin et de mon propre capitaine Tosen Kaname, ainsi que leur prise de pouvoir au Hueco Mondo.
    - Très bien, cela m'évite de m'attarder sur le sujet, car vous apprendrez les détails en temps voulu. Mais pour le moment, je souhaiterai que vous ouvriez cette boite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour d'une disparue?   Mar 27 Jan - 23:04

    [Sorry pour le double post, mais sinon ça coupe en plein milieu >.<]

    D'un léger coup de tête, Yamamoto désigna la boite sur son bureau. Elle était de taille moyenne, toute simple, de couleur écru. Doucement, Tsukiyo s'approcha, et souleva le couvercle. Et on pu admirer avec quelle grâce incontestable elle ouvrit la bouche en O devant ce qu'elle voyait. Au fond de la boîte reposait un haori de capitaine, d'un blanc immaculé, marqué du numéro japonais kyû, qui signifiait neuf, enfermé dans un losange allongé noir. Lentement, la jeune femme effleura l'habit du bout de ses doigts: il était lisse, doux, et semblait très fin et léger. Avec précaution, elle sortit la cape, et la déplia. Il ressemblait à tous les autres haori de capitaines de division, avec des motifs noirs brodés sur le bas et le numéro de la division dans le dos. Les manches, qui pouvaient être de taille variables, étaient assez longues et flottantes, comme pour permettre de plus amples mouvements. Encore neuf, il scintillait légerement avec la lumière de la salle.

    ¤ Il veut... Te nommer capitaine? Mon dieu, je ne sais pas ce qu'il a fumé, mais ça devait être aussi gros qu'un pylone électrique! ¤
    * Cela sous-entend que je n'en suis pas digne? *
    ¤ Ahem... Euh, en fait... Nan rien, oublie ce que j'ai dis. ¤
    * Vraudrais-mieux pour toi... *

    - Yamamoto-sotaicho... Est-ce que... Commenca Tsukyio avant d'être coupée.
    - Myuko-fukutaicho, étant donné les situations, les capitaines du Gotei 13 et moi-même nous sommes mis d'accord pour vous nommer taicho dès votre retour, ce que Urahara nous avait affirmé pour bientôt, donc aujourd'hui. Sachez que vous êtes sans doute la personne la mieux adaptée pour reprendre la neuvième division en main, étant donné que celle-ci vous a en tant que fukutaicho. Il serait sans doute mal pris de refuser ce poste.
    - Dans ce cas... Fit Tsukiyo en se courbant légerement après avoir réfléchi quelques instants, j'accepte de devenir taicho de la neuvième division.
    - Très bien. Vos affaires ont déja été emmenés dans vos nouveaux quartiers. Vous avez également une nouvelle lieutenante, je vous laisse le soin de le découvrir. La cérémonie d'investitude sera dans quatre jours. D'ici là, vous serez encore considérée comme fukutaicho. Vous pouvez disposer.

    La jeune femme quitta la pièce, et une fois en dehors du batiment, Tsukiyo enfouit immédiatement son visage dans ses mains en fermant les yeux. Un doux rire s'éleva dans les airs, joyeux, mélodique. Et oubliant son mal de tête, la nouvelle promue s'élanca dans les ruelles sombres du Seireitei, sans utiliser de shunpô, se mouvant avec grâce en tournoyant de temps en temps sur elle même. Elle se sentait si heureuse, pouvait-elle dire euphorique? Sans doute y avait-il aussi un peu de folie là-dedans. Si quelqu'un l'avait vu ainsi, on l'aurait prise pour un ange. Tsuki semblait même presque voler. Et elle se dirigea tout de suite vers sa nouvelle chambre en arrivant à la division. SA division, qu'elle pouvait dire maintenant. Aussitôt arrivée, elle se laissa tomber sur le lit, la tête dans l'oreiller, un large sourire gravé sur son visage. Avec beaucoup d'entrain, Tsukiyo se mit à discuter avec son zanpakuto, parlant de tout et de rien, partangeant sa joie. Sans se rendre compte du temps qui passait, elle finit par s'endormir. Il était deux, voire trois heures du matin, mais cela ne faisait rien.
    Plusieurs jours plus tard, il y eut la cérémonie des nouvelles promotions. Qu'elle était fière, Tsukiyo, avec son bel haori blanc! La jeune femme avait passé la plupart de son habillage du matin à lisser les moindres pliures, afin que sa cape resplendisse en harmonie avec la couleur pâle de ses cheveux. Puis, elle s'était dirigé vers le lieu où se déroulait la cérémonie. Bien sûr, elle angoissa un peu sur les avis qui allaient fuser. Les capitaines formaient une ligne derrière le capitaine-commadant, face à tout le Gotei. C'était impressionant. Enfin, Yamamoto annonca les nouveaux capitaines. Et lorsque ce fut le tour de Tsukiyo, elle fut ravie de constater que la foule l'applaudissait avec respect, et que même certains membres qu'elle connaissait bien de sa division l'applaudissaient avec plus d'énergie. La capitaine leur sourit, puis reporta enfin son attention sur le discours du vieux. A la fin de la cérémonie, la jeune femme regagna sa division tranquillement. On la saluait poliement sur le passage, elle s'arrêtait de temps en temps pour discuter avec des connaissances, puis reprenait son chemin.
    Depuis ce jour là, elle était passé du rang de lieutenante à celui de capitaine. Cela faisait déja un petit moment d'ailleurs. Pour Tsukiyo, tout se passe très bien. Pour les dossiers, cela ne change pas, car elle s'occupait déja de ceux de son ex-capitaine. Elle a gagné plus de respect, c'est notable. Et elle se débrouille plutôt bien aussi avec son grade. Maintenant, il faut voir ce que lui réserve le futur...
Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour d'une disparue?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour d'une disparue [Libre]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach World Rpg :: Accueil , Presentation , etc ... :: Temple des joueurs :: Archives des rp :: Archives de la Soul Society-
Sauter vers: