Bleach World Rpg

RPG par forum Bleach , ici la bonne humeur est reine !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexionPortail

Partagez | 
 

 Solitude quand tu nous tiens...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yurikô Natsume
Empereur des Quincy

avatar

Féminin
Nombre de messages : 762
Age : 31
Date d'inscription : 24/10/2008

Feuille de personnage
Nom du Zanpakûto / de l'Arme: Ama no Murakumo
Points de vie:
5100/5100  (5100/5100)
Points de Reiatsu:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Solitude quand tu nous tiens...   Mer 15 Juil - 0:33

Saleté de maladie... Décidément, viendra un moment où elle aura raison de lui... Elle peut pas lui foutre la paix quelques jours le temps qu'il règle tout ce qu'il se passe ici... A dire que tout à changer... Mais comment calmer tout ce monde qui semble être en furie contre quelque chose d'invisible ? A vrai, même pour l'expert en négociation et en diplomatie c'est un sujet très délicat. Le vieux shinigami aux cheveux blancs reprend ses toux incessantes avant de sentir une sorte de coulée de sang. Et merde ! Manquait plus que cela. Il se redresse et se dirige vers une petite table pour y attraper un mouchoir. Cela fait vraiment chier. Elle peut pas lui foutre la paix. Mettant sa main devant sa bouche, il finit par se rassoir en mettant le mouchoir devant sa bouche. Bien sûr que les traces de sang sont visibles mais cela fait depuis sa naissance que cela dure. Sur ce coup, il est possible que son ami ait raison mais il ne peut pas sans cesse tout remettre sur le dos de ses subordonnées non plus. Enfin, il ne va pas se plaindre, il est juste agacé. A force de tousser comme un mort, le visage du taishô fantôme finit par prendre des couleurs. Merlin qu'il n'aime pas cela. Il met sa tête en arrière et ferme les yeux le temps de reprendre du souffle. Il met son mouchoir dans la poche avant de poser ses mains sur ses genoux. Oùla, il à encore trop forcer. mais pas question de se laisser abattre non plus. Ses longs cheveux blancs étaient un peu en bataille mais il devait penser à se reposer plus souvent. On pouvait entendre dans l'appartement le souffle du capitaine qui semble s'épuiser. Erreur ou réalité ? A vrai dire, cela ne regarde que lui. Sa division lui fait des misères sans parler des changements brutaux de la Soul Society... Enfin, Ukitake n'est franchement pas du genre à se plaindre. Il reste assis sur sa chaise quelques minutes avant de sentir ses battements cardiaques diminuer. C'est pas trop tôt. Mais pourquoi faut-elle qu'elle vienne dans les moments les plus importants ? C'est pas vrai, il n'a pas de chance avec sa maladie incurable et inconnu. D'ailleurs, en parlant de ça, il aimerait bien savoir ce qu'il à afin qu'il sache enfin la manière dont il va mourir. Il se lève de son bureau pour prendre un verre d'eau et il pense à prendre un des multiples médicaments. Pff ! C'est lourd les médicaments. Et puis, il avait l'habitude. Ukitake se calme peu à peu et attrape le médicament pour l'avaler. Mais cela ne s'avale pas seuls les médicaments. Un verre d'eau au minimum. La vache, cela lui brûle la gorge. A force de tousser, cela devait bien arriver... Une fois avaler, il regarde par la fenêtre et un nouveau sourire se manifeste sur son visage redevenu aussi blanc que celui des fantômes. Pourquoi le surnomme-t-on le taishô fantôme ? Ce n'est pas par un pur hasard. Il aimerait vraiment guèrir mais c'est malheureusement difficile lorsqu'on est frapper par un mal inconnu. Terminant son verre d'eau, il se relève un peu plus normal. Il semble avoir récupérer mais il sera toujours malade

« - Je pense qu'une ballade à l'extérieur me ferait du bien... »

Les jardins de la treizième division... Mélange de parfums somptueux et de détente. C'était généralement ici que le capitaine se reposait. D'ailleurs, un shinigami de la quatrième division était venu quelques minutes avant afin de vérifier son état qui semble stagner mais ce n'est pas l'impression du capitaine. Il savait qu'il ne fallait pas jouer avec la Mort car un jour, elle finira par avoir raison de lui. On peut dire que la vie en tant que shinigami ne l'a pas aider. Non plus. Avec sa foutue maladie, il vit alors qu'il aurait du succomber bien avant. Enfin, selon certaines personnes. Et pourtant, il est encore là et il reste l'un des plus vieux capitaine de la Soul Society. Mais viendra un jour où il devra rendre sa cape de so-taïshô mais probablement pas maintenant. Le capitaine aux cheveux blancs était justement dans les jardins de sa division où il buvait le thé pour récupérer de sa crise. Il repense au passé... Beaucoup de choses se sont déroulés et Kaien lui manque un peu. Il était le seul qui venait régulièrement le voir alors qu'il était malade. Mais ce qu'Ukitake aimait chez Kaien c'est le fait qu'il garde toujours le sourire et sa bonne humeur alors qu'il avait toute la division à gérer à lui seul lorsque le capitaine Ukitake ne le pouvait pas. Et c'était souvent le cas... Il était même le tuteur d'un bon élément de sa division qui est repartie sur Terre afin de reprendre sa mission. Puis un membre de sa division vient lui rendre visite. Cela lui fait que les membres de sa propre division vienne prendre de ses nouvelles mais à chaque fois, le capitaine fantôme les rassurait en disant que tout allait très bien. Mais il savait qu'il disait ça pour ne pas qu'ils s'inquiètent pour lui. La division n'a vraiment pas besoin de ça... Certainement pas aujourd'hui... La Soul Society est proche d'une nouvelle guerre. Car il sait que le El Hueco Mundo attend la bonne occasion pour faire tomber cette société qui à perdu beaucoup ses dernières années. Cela à commencer par la chambre des quarante six qui n'est pas prête d'être reformée vient ensuite des capitaines et enfin pleins de shinigamis. Et cela n'est pas prêt de s'arrêter maintenant. La Soul Society n'est pas encore à l'abri et encore moins le monde des humains tout la ville de Karakura. Ukitake continue à faire surveiller la ville en y envoyant des shinigamis afin d'aller de se débarrasser des hollows qui tentent d'envahir la ville...

Une fois le thé terminé, il se lève et décide de quitter un peu la division. le pauvre so-taïshô avait besoin de souffler un peu. Haori sur le dos, il marche mais il repasse par son bureau afin de prendre une canne qu'il lui avait déjà servi. Il la met avec son zanpakutô. C'est si seulement il refait une crise. Et hop, le voilà parti. Il prend la sortie et l'entrée de la division et il disparait comme si il ne voulait pas être déranger. Ce qui est un peu le cas. Voilà combien de temps qu'il n'avait pas été seul ? Depuis qu'il est commandant général, jamais. Il n'avait même pas une minute de répit. Quittant alors sa division, il prend la direction du quartier le plus proche. Il voulait aller voir sa petite famille qui se trouvait non loin de là. Mais le pire, c'est qu'il a le sourire et qu'il est d'excellente humeur. Il marche tranquillement et il se met à même à siffler. Preuve qu'il est d'humeur excellente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solitude quand tu nous tiens...   Mer 15 Juil - 14:16

Premier jour en tant que membre de la deuxième division, étrangement je m’attendais à ce que ce changement de statut me dérange mais il n’en était rien, après tout à part obéir aux ordres il n’avait rien d’autre à faire… Le soleil commençait tout juste à pointer son nez lorsque je réussis enfin à m’extirper de mon lit, le levé du soleil était vraiment quelque chose d’unique bien que personnellement je préfère et de beaucoup l’obscurité de la nuit. Mais seul un être insensible ne serait pas émerveillé par un tel spectacle, je quittais ma fenêtre pour prendre mes habits et pris la direction des douches. J’étais apparemment le seul levé à cette heure, tant mieux si je pouvais éviter de rencontrer trop de Shinigami désireux de lui souhaiter la bienvenue, je ne m’en porterais que mieux, être la nouvelle attraction de sa division n’était pas pour me plaire. Je fus rapidement prêt, j’attachais mes deux Tantô dans mon dos avant d’enfiler mon Kimono par-dessus, je nouais ma ceinture autour de ma taille pour tenir mon pantalon large, trop peut-être d’ailleurs, voilà j’étais enfin prêt pour commencer ma journée.

Dès que je sortis dehors, je sentis la brise du matin sur mon torse ainsi que sur mes bras, une des sensations les plus agréables qui soit, d’ailleurs c’était en partit pour ça que mon Kimono n’avais plus de manches et n’était pas fermé sur le devant. Je partis en direction du jardin de ma division pour faire mon entraînement quotidien, je pratiquais cet exercice depuis ma plus tendre enfance et pourtant je n’arrivais pas à m’en lasser, mon entraînement tenait maintenant plus du rituel que d’autre chose, sans lui ma journée ne pouvait que mal commencer. Le jardin de la deuxième division était superbement agencé, les arbres bien que planté par la main de l’homme semblait avoir poussé là naturellement, cette vision me mis le baume au cœur, j’avais toujours beaucoup aimé les grands espaces et bien que celui-ci soit artificielle, c’était toujours mieux que rien. J’enlevais le haut de mon Kimono pour le poser au pied d’un arbre avant de commencer à m’échauffer les muscles encore légèrement ankylosés…

Les gestes qui constituaient mon entraînement étaient maintenant devenus des automatismes, vu que chaque jour je répétais les même, je commençais par des gestes simples pour mettre mes muscles en route, avant de continuer par quelques Shuunpo pour réveiller ma force spirituelle… Et enfin pour finir la partie que je préférais le plus le combat à proprement parler avec mon Zanpakutô en forme scellé puis pour finir je passais en Shikai, ce dernier produisait toujours un sentiment de félicité en moi, comme ci je venais d’atteindre quelques chose d’extraordinaire. La puissance qui parcourait mon corps enivrait mes sens, pour rendre mon combat plus instinctif, plus dangereux aussi normal, la nouvelle forme que mon Zanpakutô prenait m’obligeait également à changer mon style de combat, je manquais encore un peu de maîtrise mais cela viendrait certainement avec le temps…

Mon entraînement venait de finir lorsque je pris la décision d’aller faire un tour dans la Soul Society, j’avais repéré la veille un endroit surélevé d’où je pense l’on devait avoir une vue superbe du Seireitei et du Rukongaï, j’avais envie de revoir le lieu où j’avais passé mon enfance… Malheureusement je n’y retournerais certainement jamais trop de mauvais souvenir m’attendait là bas, des souvenirs que je n’étais pas encore prêt à affronter, d’un mouvement de tête je chassais ces pensées de ma tête pour partir en direction de cet endroit en Shuunpo. J’avais toujours beaucoup apprécié de me déplacer avec des Shuunpo, la vitesse que j’atteignais me rendait toujours fier de moi, fier de mon entraînement, bien sur il n’était pas aussi rapide que certain mais pour mon niveau je pense que j’allais quand même rudement vite. J’arrivais prêt de mon perchoir en quelques secondes seulement mais je fus déçu de ce que je pus voir, les murailles entourant le Seireitei cachaient la plus grande partie du Rukongai, je n’étais pas monté assez haut…

Je m’assis un moment pour observé le Seireitei faute de mieux, tout était très rectiligne, les rues très droites, les carrefours en angle droit, tout semblait si organisé, si parfait enfin si l’on peut considérer qu’un monde trop organisé puisse être parfait… Je détournais mon regard pour essayer de repérer les quartiers de ma division, car j’étais partit de ces derniers si précipitamment que je n’avais pas prit le temps de repérer la route qui y menait… Mais malheureusement pour moi tous les quartiers se ressemblaient et j’étais donc perdu, pas de chance pour un premier jour en tant que membre d’une division, ça m’apprendra à être moins impulsif… Je commençais à regarder au pied de mon perchoir pour essayer de trouver quelqu’un à même de me renseigner, je ne fus pas déçu lorsque j’aperçus quelqu’un non loin de moi. Je me décidais à aller à sa rencontre et d’un Shuunpo je le rejoignis, je me retrouvais maintenant devant l’homme, ce dernier était grand et plutôt musclé, ces cheveux étaient blanc et il portais l’habit des capitaines, je ne pouvais en effet tomber mieux…



Excusez moi de vous déranger pendant votre promenade et aussi de mon arrivée brutale, mais je me suis comme qui dirait perdu, pourriez vous s’il vous plait m’indiquer la direction à prendre pour rejoindre les quartiers de la deuxième division ?


Revenir en haut Aller en bas
 
Solitude quand tu nous tiens...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» "Bonheur quand tu nous tiens."
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach World Rpg :: Accueil , Presentation , etc ... :: Temple des joueurs :: Archives des rp :: Archives de la Soul Society-
Sauter vers: