Bleach World Rpg

RPG par forum Bleach , ici la bonne humeur est reine !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexionPortail

Partagez | 
 

 Présentation de Byakuya Kuchiki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Présentation de Byakuya Kuchiki   Mar 12 Jan - 4:04

Me voila c'est Kisuke Very Happy
Je vais sans doute laisser Hiyori libre, ça ne sert à rien que je gère deux cadres de la douzième^^ Et je prend en main le jeune Byakuya Very Happy
Voici l'antiplagiat: mon adresse msn qui me protégera en un sens des plagiats odieux de certains: bleachkisuke@hotmail.fr (Ma présentation se trouve sur deux forum).




Nom :
Kuchiki

Prénom :
Byakuya

Age : Inconnu, né parait il un 31 janvier.

Taille :Plus d’1m80


Description morale :

Il est parfois difficile de cerner Byakuya Kuchiki. C’est un shinigami d’une complexité déconcertante. Avant toute chose il place sa fierté, sa fierté d’être le chef de la puissante et ancienne famille noble Kuchiki. Son attitude est parfois hautaine, mais derrière cela se cache un esprit dur, froid, prêt à affronter toute chose pour défendre son honneur. Il fait certainement partie des gens qui croient à la supériorité des nobles sur les autres, mais il est capable d’accepter, ou plutôt de tolérer d’autres types de personne. Pour lui la qualité morale que doit posséder n’importe quel individu pour être considéré comme respectable est le sens du devoir. Le devoir, pour cela Byakuya-sama mourrait.
Il souhaite accomplir les taches qui lui incombe en tant que chef de la famille Kuchiki. Une tâche ardue, complétée par son rôle de Capitaine de la Sixième Division des armées de la Cour (Roku Ban Tai Taisho). Un rôle qu’il assume avec véhémence, avec une véritable poigne de fer sans pour autant hausser le ton. Byakuya représente en vérité la tradition. Chez les japonais, les fleurs de cerisiers, roses de couleur, sont un symbole ancestral représentant la sagesse, la sérénité et bien d’autres qualités morales des Samouraï, guerriers dotés de l’esprit des Japonais d’antan. Le fait que Byakuya possède un Zenpakuto du nom de Senbonzakura signifiant Milliers de pétales de cerisiers. D’ailleurs, si l’on en croit les derniers hors séries, la forme extérieure de son Zenpakuto est un samouraï. Ainsi, Byakuya-sama représente la tradition, et donc le sens de l’honneur et du devoir. Il faut d’ailleurs préciser également que Byakuya jouit d’une parfaite entente avec son Zenpakuto, il n’est fait qu’un avec lui.
Il le respecte tout comme le respecte Senbonzakura, c’est là un parfait exemple de la manière dont un
shinigami doit se préoccuper de son plus grand allié. Ainsi, si l'on considère le fait que le Zenpakuto correspond à l'âme de son shinigami, l'esprit de Byakuya se ressent réellement à travers Senbonzakura.
Si l’on devait rajouter un point important sur la personnalité de cet homme, c’est qu’au fond de lui il est triste et perdu. La perte de sa femme Hisana, femme qu’il avait ardemment aimée et à laquelle il voue une passion toujours plus grande malgré sa mort. Et perdu par son manquement à son devoir de noble en certaines occasions telles qu’épouser une femme du Rukongai ou encore adopter la sœur de son épouse, Rukia. Or il essaie de remédier à cela, perdurant dans sa volonté de suivre la loi en ne sauvant pas Rukia, vision qui changera après qu’Ichigo lui ait ouvert les yeux sur ce point.
En somme, Byakuya-sama est un homme des plus respectables, qui peut sembler agaçant de par son air hautain mais qui cache en vérité un sens du devoir hors du commun, un sens de l’honneur à toute épreuve, et une douleur enfuie au fond de lui.
La seule personne qui lui reste et qu’il aime le plus, partie intégrante de sa fierté est sa sœur adoptive, Rukia Kuchiki.
Nous pouvons observer la valeur fondamentale qu'il accorde à l'entrainement et à l'expérience du vécu, comme l'illustre son combat contre Renji Abarai ou Ichigo Kurosaki ("Même cent ans ne te suffirait pas à atteindre un tel niveau." ou encore "Il te manque cent années d'entrainement pour avoir l'honneur de mourir par mon Bankai."). Son intérêt pour les croyances ancestrales est réel, on peut apercevoir le Capitaine régulièrement dans la bibliothèque de la résidence Kuchiki. Cela est compréhensible pour une raison particulière, l'héritage de la sagesse des ancêtres, afin de bien garder en tête l'esprit de la famille Kuchiki, pour ne pas dévier trop radicalement vers de nouveaux horizons. De plus, des fardeaux oubliés mais toujours potentiellement menaçants. L'esprit traditionnel de Byakuya se ressent à sa démarche similaire à celle de son grand-père, mais également aux Kenseikaans qu'il porte, symbole des nobles, et particularité des Kuchiki portés ainsi.
Mais il y a un élément plus important encore sur sa tenue vestimentaire, lié directement à son esprit également, son écharpe. Cette écharpe à la particularité de valoir plus que bien des quartiers du Rukongai. Elle a été fabriquée par le troisième chef de famille Kuchiki, et léguée de génération en génération.
De plus, son sens de la justice est particulier, il suit avant tout son sens de la justice, basé sur celui des Kuchiki.
Pour revenir à sa politique conservatrice, Byakuya-sama incarne sans doute le Capitaine le plus inflexible sur le respect. Il se trouve le plus souvent dans la pavillon des Kuchiki, non loin des quartiers de la Division. Si un subordonné, ou même un individu de rang égal tien à lui parler, il doit se comporter avec respect et en suivant le protocole ancestral japonais des nobles. Le style du pavillon, tant bien à l'extérieur qu'a l'intérieur, rappelle d'ailleurs les maisons construites par les samouraïs.
De comportement rigide, le Capitaine Kuchiki tout comme son prédécesseur Ginrei Kuchiki, ne se fait pas remarqué, il reste serein en bien des circonstances. Or quand c'est le moment de prendre la parole, c'est pour prendre le rôle moralisateur des nobles. Même si ce mépris ,n'est pas si grand, il n'éprouve que peu de sympathie pour les roturiers, bien qu'il fit des exceptions, comme ce fut le cas pour Hisana. Il est intransigeant sur le respect, et le fait qu'un simple shinigami, selon lui, tel qu'Ichigo Kurosaki ose l'appeler par son prénom l'agace considérablement. Sa propre sœur adoptive, Rukia Kuchiki le nomme Nii-sama, par le respect qu'elle a pour lui certes, mais aussi pour les raisons énoncées précédemment. Nous pouvons remarquer être autre que Rukia pardonne toujours tout à son frère, elle le comprend, c'est qu'elle comprend ses obligations, et que Byakuya-sama sait instauré des règles strictes et influence dans sa famille. Or il respecte son entourage si celui-ci lui rend, où au pire des cas l'ignore. Son intérêt, quelques peu distant certes, pour ses subordonnés s'exprime particulièrement lors de son combat contre son FukiTaisho Renji Abarai. Combat que je développerais dans l'histoire.
Sans nul doute, Byakuya-sama est le noble par excellence et digne successeur de Ginrei Kuchiki, ce shinigami qui fut son modèle et qui continue finalement à l'être malgré sa disparition, bien que Byakuya-sama mène également, selon sa personnalité, son rôle.
Son sens de la tradition noble s'exprime aussi par ses croyances en l'au delà après l'au delà, à en croire ses nombreuses confessions devant la tombe de ses parents et ancêtres.

Description physique:

Homme droit et fiers, grand et imposant le respect, Byakuya Kuchiki, se coiffe de façon noble, plaçant les kenseikaans représentatifs de cette classe sociale et portés de cette façon par les Kuchiki (Les kenseikaans furent toujours portés par les membres masculins de la famille). De plus ses cheveux, long et volant avec le vent, sont de couleur noire, et sa peau blanche ombrée. Il porte sa veste de Capitaine enfilée par dessus son uniforme de shinigami, mais les manches de cette veste sont inexistantes. Ce style était je le rappelle également adopté par son grand-père. Mais D'autres capitaines non issus d'un classe sociale équivalente ont un style similaire dans le porte de l'uniforme, comme Gin Ichimaru.
De haute stature, il incarne parfaitement l’idée de la grandeur noble dans la Soul Society. Il porte habituellement son uniforme de Shinigami et de Capitaine, ainsi qu’une écharpe blanche n’étant pas entièrement enroulée. Son style est unique, tant bien dans sa démarche que dans sa manière de combattre. Une technique inflexible, belle à observer, tout comme la forme de la libération de Senbonzakura. Sa manière de libérer son Zenpakuto, qu’il porte sur le côté gauche de sa ceinture de ruban à laquelle est rattaché son katana, avec lequel il ne fait qu’un…En somme, Byakuya à un style hors du commun, son style. Un style qui, à en croire les flashbacks, n’avait pas toujours été ainsi, quelques peu différent lorsque son épouse bien aimée était à ses côtés.
Il impose l'autorité, intime le respect ainsi que prouve sa supériorité de classe sociale avec sa stature et sa démarche certes, mais également de par la vu de ses kenseikaans et de son écharpe à la valeur inestimable. Tout shinigami du Seireitei connait ces symboles.
Pour revenir à sa démarche, on remarque qu'elle est quasiment identique à celle qu'avait son grand-père, même, à en croire les souvenirs de Soi Fon, la démarche de Yoruichi dans ses apparitions publiques en tant que chef de la famille Shihouin à l'époque.
C'est donc une démarche caractéristique des nobles. Or nous avons plus tendances à l'assimiler aux Kuchiki, ce qui est normal de part l'uniforme de capitaine identique et porté de la même manière par Ginrei-sama et Byakuya-sama.
Pour revenir au style de combat, nous nous intéresserons à sa voix. Si dans le manga le son n'est bien sur pas disponible, dans la version animé (version originale évidement), on perçoit bien tout un genre dans sa voix. Au moment où le Capitaine de la Sixième division prononce un incantation, que ce soit une technique du Hado ou la libération de son Zenpakuto, le respect du pouvoir qu'il va libérer, que son cœur contrôle et comprend, et le sérénité inquiétante dont il fait preuve en font un adversaire des plus intimidants. Enfin, la manière admirable qu'il utilise pour accomplir ses techniques telles que le Senka (déplacement rapide circulaire qui surprend l'ennemi et le blesse mortellement souvent avant même que celui ci ait comprit l'action en cours) en font une adversaire surprenant.
Ainsi, c'est un ensemble qui fait que Byakuya Kuchiki soit le shinigami intimidant qu'il est. Son apparence n'est que le prolongement de sa personnalité. C'est un shinigami complexe certes nous l'avons vu précédemment, mais qui à travers son apparence montre au moins un aperçu de ce qu'il représente.

Histoire :

C’est dans un contexte particulier que nous est apparu Byakuya, dans le tome 6 de Bleach et dans l’animé 16. Il nous apparait comme un homme inflexible et résolu, à l’esprit fermé. Et en effet, cela nous donne un bref aperçu du personnage, qui par la suite bien nous révélera sa personnalité bien plus large. Mais si l’histoire de Byakuya commence ici pour nous, sa véritable histoire commence bien sur à sa naissance.
TURN BACK THE PENDULUM. Mouahahahah Non je ne plaisante qu’à moitié, retour vers le passé.
Byakuya naquît au sein de la puissante famille noble Kuchiki de la SoulSociety, une des quatre méritants ce titre. Il est le petit fils de Ginrei Kuchiki, 27ème chef de la famille de ce nom, Byakuya étant le 28ème. On ne sait que peu de chose sur ses parents, voir même aucun détail. Byakuya dès son plus jeune âge fut formé pour devenir un puissant shinigami destiné à remplir les fonctions de Roku Ban Tai Taisho comme ce fut le cas pour tous les futurs chefs de famille des Kuchiki. Il s’entrainait dur et même très jeune possédait déjà une grande arrogance, attribut semble t-il des Kuchiki, même si l’on remarque plus chez Ginrei-sama une sagesse plus grande que sa faible arrogance.
C’est donc dans cet esprit que grandit Byakuya, formé par son grand père qui lui révéla bien des secrets afin qu’il puisse un jour accomplir pleinement ses commandements de chef.
Il côtoya de par sa position de noble dès son plus jeune âge de puissants shinigami tels que Yoruichi-sama principalement. Même si Shunsui-sama, Ukitake-sama et Kisuke-sama semblaient également le connaître. Avec l’âge, même si Byakuya conservait une certaine arrogance, il gagna en perception de la vie, et évolua dans sa conception du devoir et de l’honneur, grandissant en sagesse et en convictions (second test rp). Avant la mort de son grand-père, il prit les fonctions auxquelles il était destiné, chef de la famille. Sans pour autant être encore nommé Taisho, fonction que conservait Ginrei Kuchiki. Il prit alors contre l’avis de tous comme épouse une femme du Rukongai, Hisana, à qui il vouait un éternel amour. Or bien malade, son épouse fut saisit par la mort, ce qui provoqua un grand bouleversement chez le shinigami. Byakuya-sama accomplit donc la requête de son épouse bien que disparue, retrouver sa sœur du nom de Rukia. Cette jeune fille fut retrouvée deux ans plus tard et adoptée, une fois de plus malgré les contestations de la famille Kuchiki. Or il faut s’attarder sur la recherche de la jeune Rukia, personnage charnière de l’histoire. Byakuya-sama, désespéré par cette perte tragique laissant un trou béant dans sa poitrine (pas comme les hollow je rassure), décida par amour pour son épouse défunte d’accomplir sa dernière requête. « Ces années passés avec toi ont été pour moi comme un rêve. Merci. Je t’aime Byakuya-sama. », des mots qui faisaient chaud au cœur mais qui ne faisaient qu’étirer la plaie du jeune Kuchiki. Juste avant ces mots, Hisana lui avait demandé de retrouver sa sœur. Elle l’avait cherché tant d’années… Alors il se mit à sa recherche, parcourant le Rukongai. Il le fit le plus couvert possible au départ afin de ne pas choquer la haute société, jugeant ce comportement indigne d’un noble. Puis, son amour pour Hisana était si fort qu’il décida de poursuivre les recherches à découvert, provoquant ainsi des tentatives d’assassinats d’âme désespérées par la misère. Byakuya ne les tua pas et se contenta de les mettre hors d’état de nuire. Une année passa et il ne s’approchait pas de son but. Persévérant dans les quartiers les plus éloignés et délabré de l’immense cité contrastée, il parvint dans une rue étroite et déserte, ici, le chaos avait pour habitude de régner, ce qui ne tarda pas à se confirmer quand le calme fut brisé par l’assaut mené par la folie d’âmes égarées dans le néant. Le jeune Kuchiki s’en débarrassa aisément, il ne devait pas reculer ou faire de quartiers, tout d’abord car il ne devait pas s’éloigner de son but, et parce que le moindre témoin des meurtres, sous l’égide de la défense certes, rapporte tout cela. Puis après avoir anéantit ses adversaires, il arriva dans une ruelle où une odeur infâme s’élevait. Il s’y trouvait une jeune fille évanouie, le regard vide. A ce moment là, Byakuya-sama eut un haut le cœur, c’était une fille d’une grande beauté, c’était la réincarnation d’Hisana, c’était sa sœur. Elle lui ressemblait tant…Byakuya, bien que répugné par l’idée de déroger encore à la loi, fut prit d’affection pour la jeune fille qui lui rappelait tant son épouse si loin présent. Cette Rukia n’était pas seule, autour d’elle pleurait plusieurs enfant dont l’un avait des cheveux rouges coiffés étrangement. Byakuya le sentait, il avait eu lui beaucoup de Reiatsu inexploité. Il pleurait pour le sort de son amie qui semblait dépérir. Byakuya s’était alors approché lentement des deux enfants et avait soulevé la jeune fille, avait sourit au jeune garçon aux cheveux rouges et lui expliqua qu’il allait la soigner. Il semblait rassuré mais triste de voir son amie s’éloigner. Le futur chef des Kuchiki ne pouvait se permettre de le ramener lui aussi. Byakuya traversa alors dans le sens inverse le Rukongai à une vitesse fulgurante, le temps pressait pour la jeune Rukia. Arrivé au Seireitei, il lui fit donner les premiers soins, provoquant chez le Capitaine Unohana un courant de sympathie. Une fois la jeune fille sauvée et rétablit, l’homme qui allait changer son univers, celui qui deviendrait son frère d’adoption lui apprit ses projets pour elle. Elle semblait perturbée, ressentant de l’incompréhension quant à cette décision. Or elle accepta, résignée mais honorée, seulement peiné de devoir laisser ses amis, dont Renji. Dans tous les cas, elle ne connaissait pas la vrai raison de son adoption, mise à part qu’elle ressemblait à l’ex épouse de son nouveau frère. L’adoption officielle ne se fit que plus tard après que Byakuya eut écrasé les avis opposés à sa décision. C’est suite à ce dernier manquement aux lois qu’il jura solennellement sur la tombe de ses parents de ne jamais réitérer cela.
On ne sait que peu de choses sur la date de la mort de Ginrei-sama, nous savons seulement que Byakuya lui succéda naturellement en tant que Capitaine de la Sixième Division des Armées de Protection de la Cour Royale. Il prendra ce rôle très au sérieux, accomplissant, suite à sa promesse faite sur la tombe de ses parents, toutes les lois de la Soul Society. Nous ne connaissons pas non plus les circonstances de la mort de son grand père, on peut seulement imaginer que Byakuya a eu et a toujours à coeur de poursuivre sur sa voie, étant son modèle en quelques sortes. Cette mort ne semble pas lui avoir causé plus de chagrin que pour Hisana néemoins.Il fut vite respecté de tous, et considérer comme l'un des plus puissants chefs de la famille Kuchiki et Capitaine. La beauté de sa technique, et donc de son Sebonzakura y est également pour quelques chose. Tant bien que quand la décision d’exécuter Rukia, bien que décision étonnante pour le crime qu’elle commit selon les lois de la Soul Society, fut prise il ne montra pas la moindre pointe d’amertume, se pliant à la décision de la chambre des 46. Il ne pouvait se permettre de sep lier à ce genre de futilités qu’étaient les liens familiaux. Il avait promis de ne plus déroger aux règles et il tiendrait ses engagements. Il ne laissa paraître aucune émotion, comme le fit remarquer Gin, bien conscient au fond de lui que le Capitaine Kuchiki ne laissait paraître qu’une façade. Il fut envoyé par la chambre, en réalité par Aizen, capturer Rukia accompagné par son FukiTaisho Renji Abarai. Il supprima, où du moins il pensait qu’il en était ainsi, le Reiatsu d’Ichigo Kurosaki. Malgré son échec inconnu sur ce point, il récupéra Rukia qu’il arrêta en enferma en attende de décisions précises sur la date de son exécution. Il demeura tout ce temps et à chaque annonce d’avance de la date inflexible et indifférent, même si ce n’était pas vraiment le cas au fond de lui-même.
Comme la façade impassible qu'il affiche, alors que dans son cœur Hisana lui manque affreusement, laissant en lui un incroyable vide. Cela est démontré par ses nombreuses apparitions dans la salle destinée à se recueillir pour son épouse défunte dont il reparle régulièrement. Il avouera même à Rukia la vérité sur cette histoire, pensant rendre son dernier soupir. Il combattit avec véhémence tout individu souhaitant outrager la loi en désirant sauver Rukia. D’abord Renji, puis Ichigo. Après avoir été vaincu à un lourd prix pour son adversaire tout de même, Byakuya-sama tint parole et laissa Ichigo aller librement au secours de son amie.
Or, intéressons nous plus en avant à ces deux combats tant bien riches en suspens, qu'en beauté et qu'en renseignement sur sa personnalité. Tout d'abord celui contre Renji Abarai, son vice-capitaine qui rêve de le dépasser un jour. Rapidement dans le combat, Renji affirme qu'il ne pourra être vaincu par Sebonzakura qu'il connait trop bien. Byakuya prendra alors la parole calmement, des paroles moralisatrices envers son subordonné qui lui révèle ensuite sa volonté de le dépasser. A cela Byakuya ne répond que son étonnement à la capacité de combat de Renji rapide et au lien plus fort avec son Zenpakuto. C'est là que Byakuya-sama comprit ce qu'avait accomplis Renji, son Bankai. Ce point est important car il démontre le gouffre entre Byakuya-sama et son fukitaisho. Le gouffre dans le sens où ce premier ne s'était aperçu de rien avant ce combat. Remarque que Renji fera à son supérieur froidement face à l'étonnement de celui ci. Et Byakuya prouvera aussi au cours de son combat, tout en restant calme et avec une pointe d'arrogance son manque de confiance envers ses subordonnés. Or ce qui est appréciable, c'est qu'il restera calme jusqu'à la fin du combat, reconnaissant même sa satisfaction, et montrant sa supériorité en restant moralisateur devant l'arrogance de Renji, la conclusion est la suivante ("Peut-être as tu oublié un détail Renji, moi aussi je possède un Bankai."). Et après avoir appris à Renji ses erreurs tout au long du combat, il libre son Bankai après avoir emprisonné ce dernier à l'aide du bakudo.
Ce combat démontre certaines choses sur la personnalité de Byakuya, il ne connait pas aussi bien ses subordonnés qu'il le devrait, mais il accepte sans se sentir trahir de se confronter en combat a mort avec eux si tel est leur sens de la justice, tout en leur expliquant selon lui où est leur erreur. Ce qui résulte de son incroyable impassibilité.
Après ce combat où Byakuya sortit vainqueur, Ichigo dut lutter contre cet adversaire coriace après avoir sauvé Rukia du Sokyoku.
Ce combat révélera également une autre facette de Byakuya, voir plusieurs. Tout d'abord son manque d'ouverture d'esprit concernant le pouvoir des shinigami, qui peut le posséder. Mais également sa capacité a finalement changé son point de vue légèrement. En effet après le combat étriqué contre Ichigo Kurosaki, Byakuya, perdant de ce combat, avoua toutes ses raisons de ne pas agir pour Rukia et comprit certaines chose grâce à la réponse du jeune shinigami et à certains événements du combat. Enfin, on peut penser que sa connaissance des techniques n'est pas encore complète, comme pour sans doute tous les shinigamis, devant son grand étonnement suite au Bankai d'Ichigo.
En somme, ce second combat nous aide à mieux cerner qui est Byakuya Kuchiki, un personnage complexe, fixé dans ses idées traditionnelles mais qui pourtant possède tout de même une ouverture d'esprit et un respect de l'adversaire en cas d'égalité prouvée des chances. Le chef de la famille Kuchiki fit même plus, il se sacrifia pour sauver sa sœur face à la lame de Gin Ichimaru, heureusement il en réchappa grâce à Unohana Taisho. Suite à sa défaite face à Ichigo, il avait comprit bien des choses et était libéré de son engagement de ne pas sauver Rukia, cela ne dérogeait plus à la loi et il avait réalisé combien Rukia comptait pour lui, elle était partie intégrante de sa fierté.
Après la fuite des trois traîtres, Byakuya-sama s’enquit de s’investir dans leur perte, pour l’honneur de la Soul Society.
Et sa volonté fut encore plus forte lorsqu’il apprit que sa sœur bien aimée était en danger. C’est alors qu’il rejoint le Hueco Mundo afin de la secourir, ainsi que les autres personnes de sa cause dépêchées là bas.
Il combattit le septième espada (Somarie), sauvant sa sœur au péril de sa vie qu’il put sauver, et déclarant une phrase que je trouve admirable : « Tu ne toucheras pas à ma fierté », et cette fois ci, il parlait de Rukia. Revenons à nos moutons. Ainsi Byakuya renversa son adversaire et eu le droit bientôt à un combat contre Yammie, avec le soutien de Zaraki. (Je ne révèle rien de plus pour ne pas spoiler, si vous désirez tout de même un peu plus de détails je rajouterais entre balises spoilers). Si l'on devait intégrer en plus du manga et des animés tirés du manga le dernier hors série, l'on pourrait ajouter que Byakuya-sama prend très à cœur son devoir de chef de famille, au risque de blesser ses amis, même sa propre sœur. On peut aussi voir à travers de hors série son lien fort avec son Zenpakuto. (HS toujours en cours et je ne veux rien dévoilé de plus)
Une chose est certaine, que ce soit dans le manga ou dans l'animé, Byakuya se révèle à nous avec un autre visage et prend une importance capitale. [/i]
Or pour le scénario du fofo, nous nous intéresserons avant tout à Byakuya-boy :p^^

Bonus :p :

Shikai:
Byakuya prononce l'incantation Shire Senbonzakura. Ce qui signifie Disperses-toi toi Senbonzakura.
Senbonzakura se divise alors un milliers de lames minuscules à la merveilleuse apparence de pétales de cerisiers. Belles certes, un véritable plaisir pour les yeux, mais uniquement si l'on est que spectateur... En effet la personne ciblée par l'attaque, qui peut-être améliorée en vitesse avec l'usage de sa main contrôlant le flux de lames.
De plus, cette technique peut aussi bien servir de défense que d'attaque.
En effet Byakuya-sama s'est bien souvent protégé à l'aide de cette technique, tout en causant des dommages collatéraux à ses adversaires. Or, pour un shinigami des plus expérimentés il est aisé de contrer
cette assaut.
Un détail de style, il prononce son incantation en tenant la lame vers le ciel, ou plutôt tout simplement vers le haut devant son visage, comme appelant les lames à aller au vent.

Bankai:
Pour libérer son Bankai, le Capitaine Kuchiki prononce avec calme l'incantation Senbonzakura Kageyoshi signifiant Ombre de l'éclat de milles cerisiers. A la différence du Shikai, il point la lame droit vers le sol et la laisse tomber, celle ci reste droite ne faisant plus qu'une avec le sol, cela provoque l'apparition de grandes lames de tailles décroissantes de chaque coté du manieur, sortant du sol. Ces lames ce transforment ensuite en d'innombrables lames à l'aspect de pétales toujours. L'attaque est alors dévastatrice en attaque et extrêmement efficace en défense.

Il existe plusieurs niveaux de libération de ce Bankai.

-1er niveau de libération-:
La première libération est bien semblable à son Shikai mais plus puissante, plus impressionnante et plus rapide encore.

-2ème niveau de libération-:
Senkei, Sebonzakura Kageyoshi.
Byakuya-sama et son adversaire sont alors entouré d'un dôme sombre parsemé de katana rose que Byakuya peut utiliser à volonté. Ce forme est basée uniquement sur l'attaque afin de tuer son adversaire le plus
rapidement possible, de ses propres mains.

-Niveau spécial-: Hakuteiken, signifiant épée impériale blanche.
Une forme de toute beauté, Byakuya est doté d'une aura blanche, où des ailes se laissent voir. Une forme magnifique mais concentrant un Reiatsu incommensurable. C'est une forme qu'il ne libère que dans de très rares occasions.


Dernière édition par Byakuya Kuchiki le Lun 18 Jan - 2:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kisuke Urahara
Taisho de la 5ème Division
Taisho de la 5ème Division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 759
Age : 26
Date d'inscription : 27/09/2008

Feuille de personnage
Nom du Zanpakûto / de l'Arme: Benehime
Points de vie:
3600/3600  (3600/3600)
Points de Reiatsu:
3000/3000  (3000/3000)

MessageSujet: Re: Présentation de Byakuya Kuchiki   Mar 12 Jan - 20:44

Bon il ne manque rien de spécial Very Happy^^
Je m'auto-valide :p Admin powaaaa lol

_________________
Il y a un art que je maitrise autant que mon énergie spirituelle, celui de toujours arriver quand on m'attends le moins.

Kisuke Urahara, Capitaine de la 12ème Division des armées de la cour et directeur fondateur du Bureau de développement technologique.
Kisuke alias Byakuya
Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
http://bleachworld-rpg.power-rpg.net
Kirigaya Kirito
Leader de La Garde Royale
Leader de La Garde Royale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 745
Age : 26
Date d'inscription : 19/09/2008

Feuille de personnage
Nom du Zanpakûto / de l'Arme: Matamune
Points de vie:
4000/4000  (4000/4000)
Points de Reiatsu:
3000/3000  (3000/3000)

MessageSujet: Re: Présentation de Byakuya Kuchiki   Jeu 14 Jan - 2:00

je te valide aussi >_<

_________________
Cordialement votre Fondateur et Admin de BWR.

Leader de la Garde Royale
Revenir en haut Aller en bas
http://bleachworld-rpg.power-rpg.net/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Byakuya Kuchiki   Ven 15 Jan - 9:57

J'ai réétudié ma fiche pour l'agrandir, et j'y ajoute un test rp Smile (Fiche que j'ai réétudié également pour un autre forum =)

TEST RP

Le vent soufflait fortement ce jour là, un jour comme les autres, le cauchemar permanent dans cette forêt dominée par l’ombre. Un shinigami avançait vers le sud, sa marche semblait inexorable, et il semblait être seul en ce lieu. Ses cheveux volaient au rythme de la diffusion de l’air, un air suffoquant et impur. Les feuilles volaient et venaient parfois frôler ses Kenseikaans. Depuis deux jours le refrain était le même, une poursuite sans pitié rendue difficile par les conditions naturelles.
Byakuya Kuchiki était néanmoins insensible à cette situation, il se contentait de suivre son instinct et de ne viser qu’un seul but, accomplir son devoir. La raison de sa venue ici était simple. Depuis maintenant quelques mois un hollow doté d’un Reiatsu surnaturel, tout comme ses capacités, l’avait prit pour cible. Cette capacité était de prendre l’apparence de n’importe quelle personne dans le souvenir de la cible tout en masquant son Reiatsu, ainsi, l’identification de la personne comme étant la véritable était des plus fastidieuses. Ainsi, Byakuya ayant été victime à plusieurs reprises de ce hollow avait décidé de faire cavalier seul afin de le tuer. Cette créature avait réussi, cela demeure un vaste mystère, à pénétrer dans le Seireitei. Puis une fois arrivé dans l’enceinte du pavillon Kuchiki, il avait prit l’apparence de Ginrei Kuchiki. Byakuya avait bien sur accepté depuis longtemps la vérité sur la mort de son prédécesseur. Le hollow, ayant réalisé son échec, avait pu rapidement prendre la fuite. Mais il revint et prit cette fois ci la forme de sa sœur Rukia. Cette dernière, sa véritable sœur, avait alors cru bon de venir aider son frère sentant un grand danger, et Byakuya, prit par la confusion avait faillit faire s’abattre son attaque sur sa sœur, sa fierté, son dernier lien familial auquel il s’attachait.
Cet ennemi n’était qu’un monstre ne possédant aucune conscience et aucune réelle réflexion certes. Ce monstre ne cherchait qu’à tué sa cible, sa proie, sans aucune considération. La créature ne cherchait pas à salir son honneur ni quoi que cela soit, mais seulement de le tuer, tout simplement. Or il menaçait sa fierté en le trompant de la sorte. Byakuya avait faillit commettre un acte impardonnable, pour lui, pour les lois de la Soul Society et de sa famille.
Il était donc partit dès le lendemain à la recherche de la créature. Peut-être se manifesterait-elle à lui. Ses recherches non concluantes jusqu'à présent le menèrent dans la fameuse forêt non loin du Seireitei. Des hollows élisaient parfois domicile ce lieu obscurcit par leur présence.
La lisière de la forêt révélait à elle seule une aura maléfique. A travers cela on ressentait de nombreux éléments de la passion tels que le désespoir, la tristesse, la colère…Une éternelle agonie à laquelle était condamné chaque créature maléfique de cette forêt. Or Byakuya était au-delà de ces considérations. Ce n’était que de vulgaire hollow, et il était préférable pour eux de reposer définitivement plutôt que de vivre ainsi. De plus, le caractère fort du Capitaine de la Sixième division lui permettait de résister aisément à tous ces sentiments négatifs.
Il progressait désormais plus profondément dans la forêt. Il en avait déjà fait le tour de trois points cardinaux. Il lui restait le sud. Même si il avait hâte d’en finir avec son ennemi, il marchait d’un pas assuré certes mais lent, comme à son habitude. Après avoir enfin accéléré son allure, il arriva dans un bosquet ou un Reiatsu étrange se faisait ressentir. Il plissa les yeux et se mis sur ses gardes, main sur la poignée de Senabonzakura. Il le sentait, son ennemi n’était pas loin. Il s’attendait à voir arriver face à lui une créature immonde, totalement répugnante, mais la chose, ou plutôt la personne qui se plaça devant lui, regard dans le vide, n’était qu’autre qu’un shinigami. Ou du moins il en avait l’uniforme et le Zenpakuto. L’âme s’approcha de Byakuya et le toisa d’un regard des plus noirs.


"-Bienvenue à toi Byakuya, qu’est ce qui t’amène en ce lieu ? demanda l’individu avec un voix des plus calmes, même si l’on pouvait ressentir une pointe d’ironie. "

"-Je voudrais avant tout savoir qu’est ce qui te laisse penser que tu es autorisé à me nommer de la sorte ? Et comment connais-tu mon nom ? répliqua Byakuya, particulièrement agacé."

"-Voyons capitaine Kuchiki, vous me brisez le cœur, à supposer que j’en possède un. Le temps à passé c’est vrai mais…comment pouvez vous oublier des gens que vous avez livrés à la mort. Car les shinigamis apportent la mort c’est bien connu. Tout particulièrement ceux qui se disent sages en son sein. La chambre des 46 en est un parfait exemple. Je vois que tout cela ne t'aide pas à recouvrer la mémoire. Je vais donc te narrer un souvenir, je suis étonné que mes attaques ne t’aient pas créées un déclic. Souviens toi Byakuya, mon Zenpakuto se nomme Shikyomizika (cela signifie la mort familière. Invention). Et mon nom est, Hiyeten Jetya."

A ce nom le chef de la famille Kuchiki écarquilla les yeux, sur le point de prononcer « impossible » mais ne voulu pas montrer sa surprise plus encore. Sa mémoire n’avait en réalité pas omis cet événement de son passé. Ainsi il reprit un air calme et se contenta de dire ces quelques mots.

"-Je me souviens en effet, ainsi tu as survécu. Je me demandais bien ce que ce hollow me voulait, et pourquoi il insistait. Maintenant tout est clair. Comment as tu survécu à ton exécution ? J'en déduit qu'ils se sont contenter de te tuer, rien de plus."

"-Tout d’abord laisses moi te rappeler les circonstances de cette exécution. Nous nous étions rencontré dans un Dojo du Seireitei tu te souviens ? Un des rares endroits où l’on pouvait approcher un noble désirant d’affronter en entrainement d’autres adversaires que des semblables. Tout de suite tu m’as semblé bien sur de toi, et je l’étais également. Peu de monde me connaissait, et quand je suis apparut devant toi pour te combattre, j’avais directement désiré te faire comprendre à qui tu avais à faire. Je libérais mon Zenpakuto, source mon pouvoir d’illusion. Je pris la forme ce jour là de la capitaine de la deuxième division, Yoruichi Shihouin. Or j’avais omis un détail, aveuglé je le reconnais par ma soif de victoire, j’avais révélé un pouvoir étrange devant trop de personnes, dont ton prédécesseur, Ginrei, Kuchiki. Ce vieux était un véritable fléau pour…"

"-Fais attention à ce que tu diras, je ne tolérais pas la moindre insulte sur la grande famille des Kuchiki. "

"-Oui naturellement, un noble est trop attaché à ses vulgaires principes, un noble, se croira à jamais au dessus de tout, sans respect de quiconque. N’es tu pas arrivé à cette conclusion, cher Byakuya."

"-Je suis plutôt arrivé à la conclusion que nous n’arriverons à rien dans cette conversation. Ton manque de savoir et de considération pour la réalité de la vie me peine. Tu ne seras jamais à bien même de comprendre les subtilités de la noblesse. C’est pour cela que les nobles évitent la compagnie des gens comme toi, afin de pouvoir faire ce qui est le mieux pour la Soul Society sans être gêner par de pathétiques individus frustrés et assoiffés de pouvoir."

"-Penses ce que tu souhaites Byakuya, quant à moi je vais finir mon récit. Écoutes bien cela, je ne répéterais pas. Lors de la libération de mon Zenpakuto, beaucoup de gens furent étonnés, voir choquer, et le plus étrange était que le Reiatsu était fort en moi mais qu’il ne se faisait par ressentir, comme demeurant masqué. Une capacité criminelle à la Soul Society. Mais je pensais qu’en tant que défenseur de ses idéaux je pourrais faire exception, je me trompais. Des forces spéciales de la division, dont la capitaine était la forme imitée par mon Zenpakuto, vinrent afin de m’arrêter. Oui, les dénonciations vont vite dans la Soul Society. Je fus emmené pour être étudié par la Douzième Division. Le Ju Ni Ban Tai Taisho Urahara Kisuke et ses subordonnés semblaient plus intéressés par mes capacités que par mon danger potentiel, certains m’auraient même disséqué pour cela ! Et le plus dramatique, c’est que le rapport apporté par le bureau de recherche fut interprété comme étant la preuve indéniable du danger que je représentais. Pas seulement mon Zenpakuto, mais moi également."
La Soul Society crée bien souvent ses ennemis. Le Sereitei n’accorde aucune valeur à la vie d’un individu, elle est machiavélique.


"-Tes paroles sont touchantes, vraiment," dit Byakuya sans la moindre once de sincérité, "mais tu parles de choses dont tu ne connais pas le fonctionnement. Tu n’étais à l’époque qu’un jeune homme incapable de contrôler son pouvoir. Ton cœur baignait dans une arrogance que tu ne peux même pas imaginer, mêlée à une soif de pouvoir démesurée.
Cela me revient désormais, c’est pour cela que je devais t’arrêter. L’arrogance est une chose, n’importe qui peut en posséder et en faire usage, pour de diverses raisons souvent. Or si les dires révélés par cette arrogance sont fondés, il faut que le cœur puisse faire la part des choses. Le tien n’en avait pas les capacités. Tu étais dangereux."


"-Silence ! Que saviez-vous de moi ? Dès ma première libération publique de mon arme j’ai été considéré comme un criminel ! La Soul Society agit souvent de cette façon, c’est impardonnable ! Comment aviez-vous cette certitude que je représentais un danger ? Comment ?!"
"-Ta question ne m’étonne pas, tu étais alors tant aveuglé par ta soif de pouvoir que tu ne remarquais pas à quel point ton Reiatsu était sombre. Il était en effet puissant, et le fait de le masquer ne cachait aux autres personnes que le peu de Reiatsu contrôlé que tu avais. Très vite tu aurais cédé sous la pression et pu représenter une menace pour la Soul Society, trompant les personnes les plus puissantes pourtant, créant le chaos. C’est dramatique certes d’agir de la sorte pour un potentiel démoniaque qui n’est pas encore utilisé, mais il faut faire des sacrifices pour garder la paix. Nous ne pouvions te permettre de te laisser agir plus tard."

"-Foutaises ! Raclures ! Vous n’étiez que de vulgaires raclures, et par dessus tout toi, vous les Kuchiki et la misérable chambre de sages délabrés ! Je crache sur ton nom Capitaine de la Sixième division ! Toi qui avais l’opportunité de me laisser fuir, protégé par ton jeune âge, tu étais certes déjà grand et fort à cette époque, mais tu n’étais pas encore doté d’une grande expérience. Ma fuite t’aurait été pardonnée, et tu le savais ! Nous nous ressemblions Byakuya. Quand je fus amené devant les magistrats, on me déclara criminel pour usage abusif de pouvoir illégal. Et on m’emmena dans cette forêt, dans ce même bosquet où nous nous trouvons. Et ici au centre de celui-ci mon sang souilla le sol pur. Je fus percé de plusieurs lames. Qu’avais-je fait ? Qu’avais-je fais mis à part utiliser mon pouvoir et suivit mon devoir de Shinigami ! J’étais dangereux ? Le danger est un point de vue. Une chose est certaine, aujourd’hui je suis revenu du Hueco Mundo, plus fort que jamais. Et le danger que je représente est bien réel. Tu seras le premier à en connaître la dimension !"

Bien qu’étant agacé par les insultes à l’honneur de sa famille, Byakuya s’approcha de son adversaire et ferma les yeux. Quand il les ouvrit, son regard était froid et il répliqua d’une voix moralisatrice ses ultimes mots avant de s’élancer dans le combat qui l’attendait. C’était son devoir. Cette âme était toujours une menace, plus que jamais.

"-Je vois, ainsi je vais devoir te briser."
"-C’est tout ce que tu as à répondre Byakuya Kuchiki ? Je te trouve bien présomptueux. Tu ne connais pas l’étendue de ma puissance !"
Sur ces mots, l’adversaire du Capitaine de la Sixième Division murmura une incantation, tout devint flou, et face à ce dernier se dressa bientôt Hisana, son épouse qu’il avait perdu…Comment cet ordure avait il pu savoir ? Byakuya refoula ses émotions, des futilités, surtout lors d’un combat. Mais avant qu’il ait pu prononcer quoi que ce soit, son adversaire profita de son trouble pour murmurer une nouvelle incantation. L’air autour de Byakuya sembla irrespirable, le monde semblait s’écrouler, il était comme figé. Il se voyait à genoux, les yeux grands ouverts, les larmes aux yeux, observant au loin impuissant Hisana le suppliant de lui venir en aide. Il se trouvait impuissant face à son appelle, incapable de bouger, incapable de l’aider… Alors Byakuya trouva la volonté de retrouver ses esprits et revint à la réalité juste à temps pour parer l’attaque de son adversaire. Tout cela n’était qu’une illusion.

"-Alors Capitaine de la sixième division, tu sembles bien pal." lui dit son ennemi avec un large sourire narquois."Tu ignores ce qu’il s’est passé n’est ce pas ? C’est la véritable propriété de mon Zenpakuto. L’apparition de la personne désirée crée chez la cible, suite à mon incantation Entraine le dans le désespoir Shikyomizika, une tristesse et un désespoir insupportable, le forçant à vivre une situation douloureuse de son passé mais sous une forme encore plus difficile à supporter. Ainsi, je peux aisément abattre mon ennemi, engloutit par les ténèbres de son passé."
"-Je comprends. Et je pense avoir également réalisé comment te contrer."
-Tu mens ! Ton arrogance n’a donc aucune limite !

Jetya entreprit de réitérer son incantation. Or Byakuya avait anticipé et infligea des dégâts sévère à son bras tenant le Zenpakuto. Son ennemi hurla de douleur avant de reprendre ses esprits et ramasser de l’autre main son Zenpakuto. Ses tremblements cessèrent et il toisa Byakuya avec des yeux emplis de haine.

"-Même après tout ce temps, tu persiste dans ta vanité, ne rectifiant pas tes erreurs, te plongeant toi-même dans la défaite plus profondément. Je te le répète, je vais accomplir ce qui n’a pas été fait il y a longtemps, te tuer et te séparer de ton Reiatsu.
Shire (Disperses toi), Senbonzakura."


Son ennemi compris l’ampleur du danger qui le guettait et exécuta un long shunpô au dernier moment, l’attaque éviter après un enchainement de la même technique, il apparu loin devant Byakuya, tremblant et suffoquant, lançant des injures au Capitaine Kuchiki.
Mais soudain il revint dans un état de calme total et libéra un Reiatsu impressionnant pour son état. Cela eut pour effet de faire plisser les yeux de Byakuya, pas sans inquiétudes pour ce que préparait son adversaire. Sur ses gardes, Le Capitaine de la Sixième Division prépara sa lame en défense ainsi qu’une main pointée vers son adversaire pour libérer si besoin un sort du Hado.
Soudain, une onde de choc noire arriva sur le chef de la famille Kuchiki à une vitesse fulgurante.


"-39ème technique du bakudo, Enkosen. "

Suite à cette incantation que Byakuya avait prononcée avec calme, un bouclier de Reiatsu l’épargna de l’attaque. Malgré cet appel sans incantation préalable, le bouclier fut résistant. Or, ce ne serait pas suffisant pour l’attaque suivante. En effet, le Reiatsu de l’ennemi ne cessait d’augmenter en intensité. *Senbonzakura, j’aurais besoin de toi dans peu de temps* Songea Byakuya, certains que son appel avait atteint son Zenpakuto.
Puis cela arriva, Jetya poussa un hurlement inhumain avant de rire de manière démoniaque, et enfin lança une boule de Reiatsu rouge qui réduisit tout sur son passage. Byakuya avait anticipé ce genre d’attaque quelques secondes plus tôt. Invoquant son Shikai, il put se protéger, difficilement certes mais ce fut suffisant. Mais à peine sa défense s’était elle dispersée qu’une attaque arriva subitement à la suite de la première. Et faillit faucher Byakuya de plein fouet. Il eut juste le temps de parer avec son Zenpakuto, mais il était trop tard, il essuierait l’attaque. Son bras libre était désormais sanguinolent, comme sa hanche du même coté. Son adversaire riait de manière insupportable à présent, pensant avoir vaincu. Quand la fumée se dissipa, le Capitaine Kuchiki était toujours debout, haletant mais défiant du regard son ennemi. Puis il prit la parole.

"-Je vois (Sôka/Sô desu ne), tu es donc devenu plus fort en utilisant ton Reiatsu sombre, et le Hueco Mundo t’a fournit plus de force. Très bien, je pense que ce combat ne se finira pas sans l'usage de cela. "

Son adversaire ne comprit pas tout de suite, mais quand il vit le calme plat qu’affichait Byakuya, il comprit et poussa un hurlement de désarrois, préparant une attaque par la suite. Mais il était trop tard, le Capitaine de la Sixième Division tenait déjà son sabre vers le bas et le lâcha. L’action était magnifique, mais ce qui suivrait serait de toute beauté, excepté pour son ennemi. Ce dernier ne pouvait qu’observer avec desespoir le spectacle qui s’offrait à lui.

"-Bankai. Sebon Zakura Kageyoshi. "

Les lames impressionnantes de chaque côté du Shinigami se dispersèrent en pétales, minuscules lames qui ne tardèrent pas à se croiser pour atteindre sa cible. Jetya lança un flux de Reiatsu désespéré ainsi qu’une technique du Bakudo des plus faibles de par son manque de pratique dans ce domaine.

"-8ème technique du hado, Seki !"Cria t-il. La technique de protection et d’immobilisation à la fois fut réduite au néant par le flux de pétales qui arrivaient.
"-Il est trop tard." Dit simplement Byakuya.

L’assaut des milliers de lame du Capitaine plaquèrent son ennemi au sol.

" -Tu auras eu l’honneur de mourir par mon Bankai. Je vais maintenant te supprimer ton Reiatsu. Tu n'en est plus digne."

Au moment ou Byakuya allait lui porter le coup de grâce, il ressentit une vive douleur dans sa jambe gauche. Une lame y était plantée. Il serra les dents et vit que son adversaire, bien que baignant dans beaucoup de sang, était bel et bien en état de résister, il se mit debout et recula vivement, retirant sa lame. Byakuya maudit son manque de clairvoyance sur cette action. Il décida d’utiliser un shunpô pour empaler son adversaire, mais celui-ci, bien que en piteux état para la lame du Capitaine. Un combat uniquement basé sur la maitrise du Katana s’enchaina. Rapidement, l’escrime de Byakuya Kuchikia domina le débat. Alors son adversaire tenta un coup bas.

"-11ème technique du hado, Tsuzuri Raiden !"
L’attaque, sensée enchainé pour un cours instant Byakuya et lui causer des dégâts ne firent que lui faire mettre un genoux à terre.

"-Ton niveau de Hado est faible et t’épuise rapidement je le vois. Et sans incantation tu ne peux rien. Je te conseille de bien réfléchir à tes attaques. De plus, je ne te donnerais plus de conseil car je t’annonce que c’est la fin pour toi. Ta vanité, ta lâcheté, ta résistance ainsi que le danger que tu représentes me pousse à faire une chose que je n’ai jamais tentée en combat à mort. Une technique que je n’ai utilisé qu’en entrainement à l’ abris des yeux de tous. Observes une dernière fois le monde qui t’entoure et le peu de lumière qu'il est susceptible de t'exprimer, car tu mourras dans l’ombre."

"-Senkei, Sebon Zakura Kageyoshi."


C’est alors qu’un dôme immense recouvrit les deux adversaires, les plongeant dans la pénombre. Le sol devenait d’un noir si sombre qu’on ne pouvait le distinguer que par le reflet violet/rose des centaines d’épées formant le dôme. Jetya ne pouvait qu’observer cette prison éphémère de laquelle il sortirait rapidement, mais pour ne plus jamais retrouver la liberté dans le monde qu’il connaissait.

" -Qu’as-tu fais Kuchiki Byakuya ! Réponds !

"-Cette forme est la véritable forme de mon Sebonzakura. Elle renonce à toute défense pour que je puisse me concentrer sur la destruction de l’adversaire, pour ta mort."

"-Quoi ? Mais comment ? Tu ne pourras pas réchapper à la furie de tes lames enfermé avec moi ici."

"-Tu n’as pas compris il me semble. Ce ne sont pas ces lames qui te frapperont, ce sera une lame que je tiendrais de ma main, mon Zenpakuto. "

Alors Byakuya appela une lame et la pointa sur son adversaire à genoux.

" -Tu es le premier à avoir l’honneur de tant de considération pour un combat contre moi. Sois honoré de périr ainsi. Tâches de partir avec fierté."

"-Tu n’es qu’un misérable pion de la Soul Society ! Aussi véreux qu’eux, aussi aveugle devant mon si grand pouvoir !"

"-Ton pouvoir, ou plutôt l’usage que tu en as fait, a causer ta perte une fois de plus."

"-Meurs !"

Sur ce cri, Jetya se leva et tenta de planter son épée dans la plaie sanguinolente du Capitaine. Byakuya para l’attaque et appela deux autres lames qu’il envoya se ficher dans les deux pieds de son ennemi.

"-Je suis heureux que tu ais tenté de me tuer sur un dernier sursaut, ainsi je ne tuerais pas un adversaire sans défense. Ta vie touche maintenant à sa fin, ou plutôt, ton existence."

"-Non ! "

Alors l’âme si sombre arracha les lames de ses pieds dans un hurlement et récupéra son arme pour la lancer sur Byakuya.

"-61ème technique du Bakudo, Rikoujyoukourou."


Son ennemi fut immobilisé, causant chez lui une suspension presque totale de toute expression.

"-C’est terminé, je te l’ai dis. Tu as empiété sur ma fierté et sur l’honneur de la Soul Society, et pour cela tu mourras. Sayonara, Jetya Hiyeten."

Alors Byakuya Kuchiki enfonça sa lame dans la poitrine de son ennemi, et exécuta à nouveau l’action. Son Reiatsu commençait déjà à disparaître. Puis pour être certain que cet adversaire ne revienne plus jamais sous une quelconque forme, il planta sa lame dans la gorge de l’âme déchue.
Puis il la rangea, dans le même temps ou son ennemi vaincu s’écroulait.
Il était revenu dans le bosquet, seul vivant désormais du lieu. Il observa le sol, l’âme s’était désintégrée. Puis il entreprit de rentrer au Seireitei. Le retour fut long et pénible de par ses blessures. Heureusement, il ne rencontra aucune résistance sur le trajet. Arrivé aux portes, on lui ouvrit après identification et de nombreux hommes vinrent l’assister dans les cris de ‘Kuchiki Taisho !’. Des cris inquiets à la vue de son état. Emmené aux quartiers de la Quatrième Division, le Capitaine Unohana lui prodigua des soins personnellement.


"-Quelle quête épuisante avez-vous encore entreprit Kuchiki Taisho." dit elle avec un air amusé. Byakuya regarda par la fenêtre au loin, observant la collie du Sokyoku, comme symbole de la puissance du Seireitei apparent. Et le regard toujours songeur au loin il répondit à Unohana qui sourit à cette ultime déclaration avant que Byakuya Kuchiki ne se repose.

"-Le type de quête qui nous incombe quand le passé nous rattrape et quand le présent est au devoir."


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation de Byakuya Kuchiki   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Byakuya Kuchiki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Chen Kuchiki [Terminée]
» F.R Kuchiki Byakuya
» Donne moi une bonne raison... [PV Tia Hallibel & Kuchiki Byakuya]
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach World Rpg :: Accueil , Presentation , etc ... :: Temple des joueurs :: Presentations Validées :-
Sauter vers: